A qui profite ?

CFTC - Métallurgie 

A qui profite ? Plus que jamais, se pose la question de l’utilité de se syndiquer. 

En effet, notre société qui dit permettre l’accès à toutes les connaissances et informations à tout un chacun ne nous offre qu’un miroir aux alouettes. Les revues de presse, les médias, Internet, les bases de données, ce panel impressionnant qui devrait faire de nous des experts, des juristes, des analystes ne nous conduit qu’à la perte de nos repères et de nos droits. C’est un détournement pervers d’une avancée technologique réelle mais médiatisée et affublée de strass pour masquer les difficultés d’utilisation ou de compréhension. L’information tue l’information, c’est un constat qui entraîne une question essentielle : 

Et si ceux qui cherchent à nous faire croire que nous pouvons nous débrouiller seuls dans les méandres des textes et règlements n’étaient pas en fait les seuls bénéficiaires du système ? J’ai pu constater que les salariés, même quand ils obtiennent gain de cause, sont en finalité les perdants d’un jeu où les dés sont pipés.  Mal informés, connaissant imparfaitement leurs droits et devoirs, ne trouvant que des références parcellaires, ils finissent par devoir recourir à la voie judiciaire. Chacun sait que les procédures ne sont pas neutres et qu’elles ont un coût ! Des frais d’avocat, des procédures longues, des répercussions psychologiques voilà le prix à payer. Et, si on ne s’est pas fait piéger pour non respect du Code du Travail, on pourra faire valoir ses droits. Sept fois sur dix, le conflit aurait pu être évité et les malentendus éclaircis si le salarié avait pu se rapprocher d’une structure l’orientant, le conseillant, lui évitant les arcanes du droit.  C’est à ces situations que répond le syndicat CFTC. On le dit souvent, on le répète, adhérer c’est comme prendre une assurance … mais pourquoi s’assurer quand on estime, à tort, pouvoir se débrouiller seul ? D’aucuns accusent le syndicalisme d’archaïsme, les syndicalistes d’être des profiteurs et font un grand amalgame réducteur avec la politique.  A nouveau, la question revient : à qui ce raisonnement peut il bien profiter ? Par expérience militante, je me suis rendu compte que les employeurs sont les premiers à dénigrer l’utilité des syndicats mais qu’ils sont également les premiers à s’entourer de conseillers en droit social et à s’affilier à des chambres patronales ou à des unions professionnelles (qui a dit des syndicats ?). Quelle que soit la taille de l’entreprise, les patrons connaissent l’intérêt de se regrouper… mais vous le déconseillent. Chez SCHINDLER Ascenseurs, être syndiqué représente un choix, un engagement pour éviter les dérapages et continuer à maintenir un contre pouvoir essentiel pour la démocratie. L’Encadrement est également concerné et bien plus que vous, (Techniciens et Cadres), ne l’imaginez.  Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, nous ne sommes pas dans un cocon confortable et garanti à vie. Mobilité, carrière, conditions de travail, horaires, qui peut se targuer de tout savoir et, surtout, de connaître tous les moyens de faire respecter ses droits.  Sans compter que nous avons souvent des membres de notre famille qui travaillent dans d’autres secteurs. Être syndiqué, cela permet aussi d’avoir des réponses à des questions hors SCHINDLER… Lorsqu’une certaine propagande viendra à nouveau vous expliquer l’inutilité des syndicats, demandez-vous à qui profite votre solitude ? 

0 Réponses à “A qui profite ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT
| Blogaide