Archive mensuelle de août 2008

Salaires et coût de la vie dans le monde

Salaires et coût de la vie dans le monde dans Information impose

Salaires et coût de la vie dans le monde

Si vous êtes candidat à l’expatriation, voici une petite étude qui vous intéressera sûrement : en effet, il n’est pas toujours évident de connaître le niveau des salaires et les prix pratiqués à l’autre bout du monde.
A partir d’une publication de la banque suisse UBS, voici un récapitulatif pour vous, d’une part les salaires pratiqués et d’autre part, le coût de la vie dans la plupart des grandes villes mondiales.

flecheblue dans Syndicat CFTC Salaires dans le Monde.

flecheblue Coût de la vie dans le monde.

autocollant

Le cout de la vie

 

Le cout de la vie dans Information imagescar6tm50

Coût de la vie

dans le monde

Le coût de la vie

Votre patron vous propose de doubler votre salaire si vous accepter de partir à Tokyo ?
Avant d’accepter, jetez donc un coup d’œil au tableau ci-dessous.

Comment lire le tableau ?

puce3 dans Syndicat CFTC La première colonne reprend la dernière du tableau précédent.

puce3 L’indice du coût de la vie a été calculé à partir d’un panier comprenant 108 biens et services (dont 39 denrées alimentaires), pondéré selon les habitudes de consommation européennes. Il ne comprend pas le coût des loyers. Il faut bien garder à l’esprit que vous ne garderez pas forcément vos habitudes européennes et qu’en adoptant les coutumes locales, notamment pour les pays d’Asie, les coûts seront moindres.

puce3 La dernière colonne correspond au salaire minimum nécessaire pour garder un train de vie « parisien » (mais tous les français ne vivent pas à paris…:-)). Il faut bien évidemment relativiser ce chiffre car tout le monde n’a pas les mêmes besoins.

En matière de loyers, c’est aux USA, à Londres et dans les pays d’Asie, qu’ils sont les plus élevés mais ils peuvent être également très chers à Moscou et Sydney.

Ville

Salaire horaire net moyen
(en Francs)

Coût de la vie
Indice
Paris=100

Salaire
= Paris

Tokyo

126,5

171,7

103,7

Zurich

104,6

122,5

74,0

New York

101,6

127,2

76,8

Genève

94,3

115,7

69,9

Los Angeles

91,4

109,2

66,0

Luxembourg

80,6

87,4

52,8

Copenhague

72,45

113,6

68,6

Oslo

71,2

128,7

77,7

Londres

69,9

116,2

70,2

Montréal

69

91,2

55,1

Vienne

63,9

98,9

59,7

Stockholm

62,6

121,7

73,5

Amsterdam

61,7

90,9

54,9

Berlin

61,7

86,3

52,1

Paris

60,4

100,0

60,4

Hongkong

60

108,6

65,6

Bruxelles

56,2

85,2

51,4

Sydney

55,7

86,9

52,5

Helsinki

54

102,2

61,7

Séoul

46,3

119,2

72,0

Milan

43,7

81,9

49,4

Madrid

43,3

68,0

41,1

Buenos-Aires

37,7

93,9

56,7

Singapour

36,9

120,2

72,6

Athènes

35,15

77,7

46,9

Lisbonne

30,4

69,0

41,7

Johannesburg

29,6

62,4

37,7

Sao Paulo

22,3

72,5

43,8

Rio de Janeiro

21

76,0

45,9

Istanbul

19,7

78,3

47,3

Mexico

13,7

76,2

46,0

Varsovie

9,9

58,6

35,4

Shanghai

9,4

105,8

63,9

Budapest

6,4

55,9

33,8

Moscou

6

72,4

43,7

Précision importante à propos des données
Ces données ont été collectées par une banque suisse : www.ubs.com. Elles ont simplement été converties en Francs français. Le taux de change utilisé est celui du 20/11/2000 (1CHF=4,2869FF), il peut donc y avoir quelques changements en fonction des fluctuations de la bourse. Vous pouvez consulter l’intégralité de l’enquête et obtenir des informations supplémentaires sur la manière dont les données ont été collectées en vous rendant sur le site d’UBS. 

autocollant

Source: http://www.ubs.com

Salaires et cout de la vie

Salaires et cout de la vie dans Information imagescar6tm50

Salaires

dans le monde

  

Les salaires

Comment lire le tableau ?

puce3 dans Syndicat CFTC La première colonne correspond au salaire horaire brut moyen : il s’agit de la rémunération effective recensée dans 12 professions, compte tenu du temps de travail, des jours fériés et des vacances. Une pondération a été faite selon la représentativité des professions.

puce3 La seconde colonne correspond au pourcentage retenu sur le salaire brut pour les impôts et les cotisations sociales.

puce3 La troisième colonne correspond au salaire net.

Les villes ont été classées dans l’ordre décroissant du montant du salaire net.

Attention, ces chiffres correspondent aux salaires en vigueur dans les entreprises locales, ce qui sous-entend qu’en travaillant pour une entreprise française, par exemple à Moscou, votre salaire sera évident très supérieur.

Il est également important de prendre connaissance des 2 tableaux : en effet, si les salaires japonais sont 2 fois plus élevés qu’à Paris, le coût de la vie l’est quasiment autant.

Ville

Salaire horaire brut moyen
(en Francs)

Impôts et cotisations sociales en % du salaire brut

Salaire horaire net moyen
(en Francs)

Salaire 
horaire net moyen

(en Euro)

Tokyo

155,6

19,2

126,5

19.28

Zurich

142,3

26,1

104,6

15.95

New York

141,9

28,9

101,6

15.49

Genève

138

31,6

94,3

14.38

Los Angeles

125,2

26,9

91,4

13.93

Luxembourg

102,5

20,8

80,6

12.29

Copenhague

131,2

44,5

72,45

11.04

Oslo

108,7

34,5

71,2

10.85

Londres

90,9

22,8

69,9

10.66

Montréal

107,2

34,9

69

10.52

Vienne

90,45

28,3

63,9

9.74

Stockholm

92,6

32,3

62,6

9.54

Amsterdam

90,5

31,2

61,7

9.41

Berlin

99,9

37,7

61,7

9.41

Paris

81

24,5

60,4

9.21

Hongkong

65,2

6,9

60

9.15

Bruxelles

100,3

43,2

56,2

8.57

Sydney

72,45

22,4

55,7

8.49

Helsinki

77,6

29,7

54

8.23

Séoul

62,2

25

46,3

7.06

Milan

66

33,4

43,7

6.66

Madrid

52,7

16,7

43,3

6.6

Buenos Aires

45,4

17,5

37,7

5.75

Singapour

46,7

20,3

36,9

5.63

Athènes

45

21,3

35,15

5.36

Lisbonne

38,2

19

30,4

4.63

Johannesburg

39,9

19,9

29,6

4.51

Sao Paulo

26,15

12,6

22,3

3.4

Rio de Janeiro

24,4

11,8

21

3.2

Istanbul

26,2

22,5

19,7

3

Mexico

15

8

13,7

2.09

Varsovie

15,9

38,2

9,9

1.51

Shanghai

12,35

21,8

9,4

1.43

Budapest

9,4

26,9

6,4

0.98

Moscou

7,7

13,4

6

0.91

autocollant

 

Source: http://www.ubs.com

Sondage BVA

Sondage 

Sondage BVA dans Information barred

S’ Opposer, Défendre, Construire…

Qu’attendent les salariés des Syndicats ?

enquète réalisée entre le 8 et le 23 février 2008. 

doigtb dans Syndicat CFTC

  • Voir le sondage BVA

  • imagescaexqlik

     

     

    Retraite répartition

    Retraite répartition dans Information epargne

    La répartition, c’est quoi ?

    Le régime général des retraites repose sur un système fondé sur la solidarité entre les générations. Les cotisations vieillesse, prélevées tous les mois aux employeurs et sur la rémunération des actifs, servent à payer immédiatement les pensions des retraités. C’est ce que l’on appelle la répartition.

    Ce système s’applique à tous, que l’on soit ou non salarié.
    De plus, quelle que soit l’ancienne situation professionnelle du retraité, le revenu minimum garanti permet à tous de percevoir un revenu. Il peu prendre, selon le cas, la forme du minimum vieillesse ou de l’allocation de solidarité aux personnes âgées.

    Quand la démographie joue des tours

    Actuellement, on a besoin de 4 actifs pour soutenir 7 retraités. En 2010, 10 actifs seront nécessaires pour payer la retraite de 7 pensionnés. Le départ en retraite de nombreux actifs nés entre 1945 et 1955 – la génération du baby-boom – et l’allongement de la durée de la vie créent donc un problème. Le nombre de retraités augmente, mais pas le nombre d’actifs. Il y a moins de cotisants pour plus de retraités.

    C’est pourquoi la loi Fillon du 21 août 2003 a initié une réforme progressive visant à l’allongement de la durée de cotisation dans tous les régimes de base, à l’exclusion des régimes spéciaux des entreprises publiques.

    En savoir plus
    Pour permettre aux futurs retraités de disposer de revenus décents, les assureurs, banquiers et autres organismes financiers proposent des  » plans de retraite « . Il est également possible d’épargner tous les mois en investissant cet argent dans d’autres placements plus ou moins rémunérateurs. C’est ce qu’on appelle la capitalisation.

    D’autres dispositifs d’épargne salariale ont été mis en place par les pouvoirs publics comme le PERP.

     

    adherez1 dans Syndicat CFTC

     

    Retraite dossier

    Retraite dossier dans Information epargne 

    Préparer son dossier de retraite

    Pour partir en retraite sans difficulté dans quelques années, il faut anticiper en constituant dès maintenant son dossier.

    Conserver les documents justificatifs

    Il est indispensable de :

    • récapituler, par ordre chronologique, sa carrière professionnelle en indiquant les dates, les entreprises, les emplois et les régimes auxquels chacun a été affilié ;
    • retrouver les feuilles de paie, les certificats d’emploi, les avis de paiement des indemnités perçues en cas de maladie ou de chômage, ainsi que les relevés de situation fournis par les régimes de retraite complémentaire.

    Attention :

    • les non-salariés doivent impérativement conserver les bordereaux des cotisations aux différents régimes ;
    • les hommes ont tout intérêt à garder leur livret militaire afin de faire valider leur service national.

    Vérifier ses futurs droits

    Vous pouvez interroger, à tout moment, la Caisse de retraite de base dont vous dépendez, qui fournira un relevé de carrière. Il est donc possible, quel que soit votre âge, de contrôler que toutes les périodes d’activité aient été prises en compte.

    Recomposer son passé

    Vous avez égaré des documents et la Caisse n’a gardé aucune trace de vos périodes d’activité… Il suffit d’obtenir de l’employeur de l’époque, une copie des feuilles de paie ou un document confirmant le versement des cotisations. A défaut, l’activité pourra être prouvée par d’autres moyens (témoignages de collègues, indices, lettres…).

    L’information automatique par les caisses

    Un droit à l’information des futurs retraités a été instauré par la Loi Fillon. Il est mis en œuvre progressivement depuis l’automne 2007. A terme, deux documents leur seront envoyés :

    • le relevé individuel de situation (RIS) qui retracera les droits acquis dans les différents régimes ;
    • l’estimation indicative globale (EIG) qui indiquera le montant des pensions auxquelles les retraités pourront prétendre notamment à 60 et 65 ans.

    Bénéficient de cette double information : les salariés du secteur privé, les travailleurs indépendants, les fonctionnaires, les assurés qui relèvent des régimes spéciaux (Sncf…).
    A partir de 2008, il est possible, quel que soit son âge, de demander un RIS à l’un des régimes dont on a relevé. Dans l’avenir, l’envoi de cette information se fera automatiquement.
    L’EIG ne concerne que les assurés qui ont au moins 55 ans. L’envoi, à l’initiative des organismes concernés, se mettra progressivement en place. En 2008, le recevront les personnages âgées de 57 et 58 ans.

    adherez1 dans Syndicat CFTC

     

    Retraite référence

    Retraite référence dans Information epargne

    Retraite : les années de référence

    Le salaire annuel moyen, pris en compte lors du calcul de la pension de retraite, se fonde sur les années dites de référence.

    La durée : entre 10 et 25 années

    Tout salarié, quel que soit son âge, qui demandera sa retraite à compter du 1er janvier 2008, verra son salaire moyen de référence calculé sur ses 25 meilleures années d’activité, tous régimes de base confondus. Pour celui qui part avant cette date, le nombre d’années à retenir varie suivant son année de naissance.
    Mais pour ne pas tenter les salariés, nés en 1948 ou avant, de partir à la retraite avant 2009, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2007 a posé un principe qui leur est favorable. Ils sont assurés de voir leur retraite calculée selon les paramètres applicables l’année de leurs 60 ans.
    Exemple : quelle que soit l’année de cessation de son activité, un salarié né en 1946 bénéficiera d’une retraite calculée sur la base de ses 23 meilleures années de salaire. Il obtiendra le taux plein (50%) s’il justifie de 160 trimestres tous régimes confondus et aura une pension entière du régime des salariés avec 156 trimestres dans le régime général.

    Les années de référence : les meilleures années

    Ce sont les années durant lesquelles le salarié a perçu les rémunérations les plus élevées de sa carrière, même s’il a eu plusieurs activités relevant de régimes différents. Les années de référence ne sont plus nécessairement les dernières années d’activité. Afin de tenir compte de l’augmentation de la vie, tous les salaires sont revalorisés en fonction de coefficients indexés sur les prix à la consommation (comme ceux des pensions).

    adherez1 dans Syndicat CFTC

     

    Retraite l’age

     Retraite l'age dans Information epargne

    L’âge pour prendre sa retraite

    L’âge du départ en retraite dépend de l’activité exercée. S’il existe un âge minimum pour demander le versement d’une pension, il faut surtout tenir compte du montant de cette pension. Et celui-ci peut fortement varier.

    60 ans minimum : la règle, mais pas une obligation

    Sans y être obligés, les salariés du secteur privé peuvent prendre leur retraite dès 60 ans.
    Pour partir à cet âge dans les meilleures conditions financières, il faut avoir cotisé un nombre suffisant de trimestres.

    55 ans : l’exception pour certaines professions

    Certaines catégories de salariés, ayant un travail plus pénible ou plus exposé, peuvent prendre leur retraite dès l’âge de 55 ans. Il s’agit notamment des fonctionnaires en service « actif » (contrôle aérien, CRS, douanes, police, prisons) et de certains agents de la fonction para-publique (mécaniciens de la SNCF, mineurs de fond, etc.).

    Entre 56 et 60 ans : les travailleurs lourdement handicapés ou ayant commencé à travailler très jeunes (14, 15 ou 16 ans) sont autorisés à partir avant l’âge de 60 ans. Ce « départ anticipé » à la retraite est possible, s’ils justifient d’une durée totale d’assurance de 168 trimestres (42 ans).

    65 ans : l’âge « normal » de la retraite

    Si le nombre de trimestres n’est pas atteint, une seule solution : poursuivre votre activité pour y arriver, à moins d’accepter de voir votre pension diminuer. A partir de 65 ans, dans tous les cas, la retraite est calculée en appliquant le taux plein (50%) aux trimestres effectivement validés. Ceux n’ayant pas encore acquis tous leurs trimestres, et qui ne veulent pas décrocher à 65 ans, bénéficient d’une majoration de leur durée d’assurance, soit 2,5% par trimestre après leur 65ème anniversaire.

    Et la complémentaire ?

    La retraite de base est souvent faible. C’est donc la retraite dite «complémentaire» qui va permettre au salarié d’obtenir une meilleure pension.
    A 60 ans, une retraite complémentaire à taux plein est conditionnée, jusqu’au 31 décembre 2008 inclus, par l’obtention de la retraite de base de la Sécurité sociale, également à taux plein. A défaut, une diminution sera appliquée entre 60 et 65 ans. Mais en différant le passage à la retraite à 65 ans, on est assuré de décrocher le taux plein.

    adherez1 dans Syndicat CFTC

     

    Retraite rachat périodes

     Retraite rachat périodes dans Information epargne

    Le rachat de périodes non travaillées

    Depuis le 1er janvier 2004, il est possible de racheter des années où l’on n’a pas travaillé du tout ou pas assez travaillé.

    Les cas de rachat

    Il s’agit :

    • des années d’études sanctionnées par un diplôme d’enseignement supérieur (Bac +2, minimum) dans la limite de 12 trimestres,
    • des années où les cotisations versées n’ont pas permis de valider 4 trimestres d’assurance. C’est le cas des périodes de travail à temps partiel ou des périodes alternant travail et chômage.

    Combien ça coûte ?

    Pour les salariés du privé, le calcul du montant du rachat est fondé sur le plafond de la Sécurité sociale (33 276 € en 2008) quel que soit le salaire du cotisant, et est modulé uniquement en fonction de l’âge auquel le rachat est effectué. Ce rachat peut être pris en compte pour atténuer l’effet du coefficient de minoration (décote) ou pour, en plus, augmenter ses droits à pension (proratisation).

    adherez1 dans Syndicat CFTC

    Retraite calcul

    Retraite calcul dans Information epargne 

    Calculer sa pension de retraite

    Comment se calcule le montant de la pension de retraite d’un salarié du secteur privé ?

    Retraite de base

    Le montant de la retraite de base, versée par la Sécurité sociale dépend :

    • du salaire annuel moyen de base, calculé à partir des meilleures années, appelées « années de référence » ;
    • d’un taux applicable à ce salaire, fixé en fonction de l’âge, mais aussi de la durée totale d’activité. Il varie entre 30 et 50% pour un départ à la retraite en 2007 d’un assuré de 60 ans ;
    • du nombre de trimestres dans le régime général seul (d), rapportée à une durée de référence (D) portée progressivement de 150 à 160 trimestres.

    La formule magique est alors la suivante : salaire annuel moyen x taux x d/D

    Mais attention, même si un salarié a toujours cotisé, sa pension annuelle ne pourra jamais dépasser 50% du plafond annuel de la Sécurité sociale, soit 33 276 € / 2 =
    16 638 € en 2008.

    Régimes complémentaires

    Pour les salariés relevant des régimes ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés) et pour les cadres relevant des régimes AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres), la retraite annuelle se calcule en multipliant le nombre de points acquis (figurant sur un relevé fourni une fois par an) par la valeur du point, modifiée tous les ans. Ces montants peuvent être majorés lorsque les salariés ont élevé des enfants ou les ont encore à charge.

    Bon à savoir
    Une  » Estimation indicative globale  » (EIG) est désormais envoyée périodiquement aux assurés. En 2008, elle le sera à ceux âgés de 57 et 58 ans. Cette information automatique se généralisera progressivement. A terme, en 2010, chacun recevra une estimation l’année de ses 55 ans, puis tous les 5 ans. Bénéficieront de cette information : les salariés, les fonctionnaires, les travailleurs indépendants et les exploitants agricoles.
    Un outil de simulation accessible sur le www.marel.fr donne une idée de ce que sera sa future retraite, mais en aucun cas le montant réel de ses droits. Le grand avantage de marel est qu’il s’adresse à un plus vaste public : salariés (sauf régimes spéciaux), fonctionnaires (sauf militaires) ainsi que les travailleurs indépendants (y compris désormais les professions libérales).

    adherez1 dans Syndicat CFTC

    12



    akwateam |
    OUED KORICHE |
    lalogeuse |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LES POMPIERS DE VERZENAY
    | ROLLER A CHAUMONT
    | Blogaide