• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Archive mensuelle de octobre 2009

Page 2 sur 2

Désormais…

 

INFORMATION CFTC

Désormais... dans Information barred

Blog Schindler

10qcvt2.jpg

 

DsC

Bowling Reims 13 octobre 2009

 

INFORMATION Social & Culturel

Bowling Reims 13 octobre 2009 dans Information barred

Votre C.E. organise, une Soirée de détente à Reims…

le 13 novembre 2009

Venez en famille participer  à une soirée détente au  Bowling Color bowl 51

Début des activités par un apéritif  vers 19h30

Formation des équipes et  challenge bowling

Un Lunch sera servi pendant les parties

tous les salariés de l’agence sont cordialement invités…

pdf dans Schindler Inscription

 

Prévention du stress au travail

Le gouvernement va cibler bons et mauvais élèves 

Pour inciter les grandes entreprises à lutter contre le stress et la souffrance au travail, le gouvernement veut désigner à l’opinion publique les bonnes et mauvaises élèves, après notamment une série de suicides de salariés à France Télécom. 

Le ministre du Travail Xavier Darcos a notamment enjoint vendredi aux 2.500 entreprises de plus de 1.000 salariés d’engager des négociations sur le stress au travail et de progresser dans ces discussions avant le 1er février 2010. 

A cette date, il publiera sur Internet « la liste des entreprises qui ont négocié, celles qui n’ont pas négocié -s’il y en a, mais je leur déconseille- ainsi que les résultats de ces négociations et les bonnes pratiques », a expliqué M. Darcos après une réunion du Conseil d’orientation des conditions de travail (COCT). 

Interrogé sur d’éventuelles sanctions pour les récalcitrantes, M. Darcos a répondu: « La première sanction, c’est la transparence. Nous ferons un bilan en février et nous verrons à ce moment-là », mais « rien n’est exclu ». 

« Nous sommes sous la pression d’événements dramatiques récents », a-t-il reconnu, en référence notamment aux 24 suicides qui ont endeuillé France Télécom et à celui d’un salarié de Renault jeudi. 

Le secteur public devra aussi prendre des mesures comme à Pôle emploi, où les syndicats ont dénoncé la montée du stress ou dans les entreprises où l’Etat est actionnaire, sommées d’être « exemplaires » par la ministre de l’Economie Christine Lagarde. 

La « publicité-transparence » est « un levier plus efficace que des sanctions financières, qui auraient incité les entreprises à agir vite, sans être forcément efficaces », a-t-on précisé dans l’entourage de M. Darcos. 

« Vu la pression de l’opinion publique, la transparence est une bonne solution », a déclaré M. Darcos, se disant « très étonné » par le nombreux courrier que le ministère reçoit à ce sujet. 

« On voit que dans la plupart des drames, l’association des termes travail et souffrance est fréquente ». C’est « un très mauvais message envoyé aux jeunes générations », a-t-il déploré. 

M. Darcos entend ainsi accélérer l’application de l’accord interprofessionnel conclu entre patronat et syndicats en novembre 2008, toujours pas appliqué dans les entreprises. 

Il laisse cependant plus de temps aux petites entreprises (PME et TPE). « Nous préférons commencer par leur donner des outils », notamment des documents d’information, a-t-il indiqué. 

M. Darcos a aussi demandé que les risques psychosociaux soient pris en compte dans les entreprises en restructuration.  FO a aussitôt proposé au Medef de signer un avenant à l’accord interprofessionnel, obligeant les branches professionnelles à négocier, « pour couvrir l’ensemble des entreprises ». 

Mais la CGPME (petites entreprises) a demandé d’éviter de « faire peser de nouvelles contraintes sur les PME », sur la base « de situations propres à quelques très grandes entreprises ». 

« Pour certains grands groupes, c’est évident que l’image est importante. Mais un grand groupe peut être très vertueux et en même temps mettre la pression sur ses sous-traitants », a regretté Jean-François Naton (CGT). 

« On aurait préféré que des objectifs soient fixés avec des sanctions », a reconnu Pierre-Yves Montéleon (CFTC), rappelant que la loi oblige déjà les entreprises à rédiger un « document unique d’évaluation des risques », mais que « 50% d’entre elles ne l’ont pas fait ». 

« On est enfin sorti du déni. Cela fait très longtemps que l’on dit que le travail devient intenable », a reconnu Jean-Louis Malys (CFDT). 

OTIS plan social 30 09 2009

OTIS plan social 30 09 2009 dans Ascenseurs otislogo

 

Objet : Résumé de la réunion extraordinaire du C.C.E. du 30 septembre 2009.

RESUME des principales informations qui ont été officiellement annoncées par la Direction Générale OTIS France en séance extraordinaire du Comité Central d’Entreprise du 30 septembre 2009 à Paris.

Au terme de cette réunion, les membres du C.C.E. ont voté une motion à l’unanimité pour désigner un expert (le cabinet d’expertise comptable Syndex) afin de les aider dans leur analyse économique et sociale d’un tel Plan.

La Direction, après avoir développé les raisons de la mise en place d’un tel projet, nous a exposé son projet d’adaptation de la société OTIS SCS destiné « à sauvegarder la compétitivité du secteur d’activité ».

Ce projet de Plan Social prévoit au total :

• La suppression de 140 postes sur l’ensemble des établissements,

• Le transfert de 13 postes de Province vers Paris / Ile de France,

• Le transfert de 14 postes d’Argenteuil vers Gien,

• Le transfert de 2 postes intra Ile de France,

• Création de 8 postes à Paris / Ile de France,

• Création de 2 postes à Gien.

OTIS entend favoriser les départs volontaires chaque fois que cela sera possible et permettra d’éviter une mesure de licenciement contraint. A ce titre, l’analyse de la situation des effectifs indirects concernés par ces transformations fait apparaître des possibilités importantes de départs volontaires dans le cadre :

• D’une préretraite financée par l’entreprise (sous réserve d’un accord d’entreprise),

• D’un projet personnel,

• De départs volontaires à la retraite.

Ce projet de nouvelle organisation pour le Service est décomposé en trois parties :

1. Projets assistants chantier et achats région, projet achats centraux

• Suppression de la double saisie des FMO (contremaître dans Excel + assistant dans Gestor),

• Gestion des flottes (véhicules, lignes FT, copieurs …) en relocalisant cette activité en Ile de France,

• Mutualisation des achats Province et CAM (agence extra-muros),

• Externalisation de 50% de l’activité gestion de la documentation sous-traitants,

• Externalisation de la gestion des baux immobiliers,

• Fusion des achats Siège et PMC sous une même direction.

Les conséquences sociales pour cette première partie sont : la suppression de 11 postes d’assistants chantier et achats, le transfert de 8 postes d’acheteurs et d’assistants chantiers et achats, la création de 5 postes d’assistants chantier (postes à mi-temps), Pour les achats centraux ; suppression d’ 1 poste responsable achat PMC et d’ 1 poste de gestionnaire achat basé au Siège.

2. Projets management chantier, force de vente et fusions agences

• Suppression de 4 postes d’IGM (ingénieur modernisation), de 2 postes d’IA (Ingénieur d’Affaires) et de 5 postes de CM ((contremaîtres) 1 à Sud, 3 à Est et 1 à Ouest),

• Suppression des 3 postes d’IC de développement province (Nord, Sud, Est), 3 postes d’ingénieurs commerciaux (Sud, Ouest et PPI) et 2 postes d’assistant(e) commercial(e) (Sud et Est),

• Fusion des agences de Rouen et du Havre, des agences de Lille et Calais et réorganisation de l’agence d’Albi ; suppression de 3 chefs d’agence.

3. Projet études de sécurité

Les Etudes de sécurité seront réalisés par les contremaîtres travaux après travaux importants, par les contremaîtres modernisation après modernisation, par le Leader ou technicien formé après récupération.

Les conséquences sociales de ce projet entraîne la suppression des 20 postes de contrôleurs sécurité.

Projet pour les Ventes Neuves

1. Regroupement des régions Constructions Neuves Province, Paris et Siège Support France

Maintient de 2 établissements distincts (donc des IRP séparés) mais en ayant une direction commune.

Les Conséquences Sociales sont les suivantes :

La fermeture du site site de Reims avec

• la suppression d’un poste de RSQ, d’1 poste de RRH, d’1 poste d’Assistante, d’1 poste de Directeur de montage,

• le transfert d’1 poste de RSQ, de 3 postes d’Assistante facturation, 1 poste d’Assistante chantier, 1 poste d’Assistante achats et 1 poste d’Acheteur

Le regroupement entraîne sur Paris :

• la suppression d’1 poste de Directeur Régional, d’1 poste de Dessin, d’1 poste de Technicien d’Etudes et Projet, de 2 postes de Technicien Principal, d’1 poste d’Ingénieur de Projet,

• la création d’1 poste d’ingénieur Etudes et Projet

• 1 Directeur d’Entité.

2. Projet d’adaptation à la baisse d’activité

Les conséquences sociales sont : suppression d’1 poste d’IC (Lyon), 2 postes d’Assistantes Commerciales (Idf et Province), 1 poste de Conducteur de Travaux (Paris), 1 poste de chef de secteur (Reims) et 1 poste de Chef de Service construction (Idf)

Projet Marketing Ventes

Service Conséquence sociale : suppression du poste de responsable Marketing Service

Projet pour l’usine de Gien

Conséquences sociales :

Suppression de : 3 postes de pilotes ACE, 2 postes de Responsable de zone, 1 poste d’agent administratif,

Expéditions : 2 postes d’agent administratif sur 9

Maintenance : 1 poste de technicien sur 13

Traitement des anomalies de commande (AMT) : 2 postes d’agent sur 10

Planning CLC : 1 poste de gestionnaire sur 5

Service du personnel : 1 poste d’agent administratif

Projet pour PMC (Centre de Modernisation Paris) Argenteuil

Conséquences sociales :

Suppression de : le poste de responsable expéditions, le poste de Responsable (TIDF), 4 postes de chauffeurs (de jour)

Un poste de leader Expéditions/Transport serait créé

Automatisation de la saisie des commandes : 2 postes à l’entrée des commandes (dont le poste de leader) seraient supprimés.

Transfert de l’activité Boites à bouton vers le CNP de Gien

Conséquences sociales :

Suppression de : 1 poste de chef d’équipe, 3 postes de fonction support à la fabrication, 10 postes d’opérateur de production, 2 postes de fonction support à la fabrication, 12 postes d’opérateur de production Suppression de l’activité portes piétonnes au sein du PMC Conséquences sociales : Suppression de 2 postes d’opérateur de production

Projet pour PORTIS

Conséquences sociales :

Suppression d’un poste de Chef d’agence à Caen, d’un poste d’IC ventes neuves à Toulouse

Projet pour SODICA

Conséquences sociales :

Suppression de 2 postes d’acheteur, 2 postes de magasinier, 1 poste d’assistante, 1 poste de responsable des ventes, 1 poste de comptable

Pour EPC

Suppression d’un poste de chargé de réparation

Projet pour la DTFC

Conséquences sociales :

Suppression d’un poste de Formateur, d’un poste d’Assistante Ma Ligne Chantier : suppression d’un poste de Technicien Principal Support Technique EPC : suppression d’un poste de Dessinateur

Projet Finance (Département Finance)

Conséquences sociales :

Rapprochement paiements : suppression de 2 postes de l’équipe comptabilité client sur Paris

Factures fournisseurs : suppression de 4 postes sur 8 postes de l’équipe comptabilité fournisseur à Argenteuil, suppression de 2 postes sur 5 au sein de l’équipe Comptabilité à Gien

Intercompagnies : suppression de 1 poste au sein de l’équipe comptable Facturation : suppression de 1 poste au sein de l’équipe qui en compte 4

Des Elus de chaque Etablissement ont participé à ce Comité Central d’Entreprise, n’hésitez pas à les appeler si vous souhaitez obtenir des informations complémentaires.

 

DsC

Suicide chez OTIS

Suicide chez OTIS dans Ascenseurs otislogo

PARIS – Un technicien de Clermont-Ferrand de l’ascensoriste Otis, âgé de 38 ans, s’est suicidé dimanche soir dans sa chambre d’hôtel en Ile-de-France, alors qu’il était en déplacement, a indiqué jeudi la CGT, qui fait le lien avec ses conditions de travail « dégradées ». 

Un technicien de Clermont-Ferrand de l’ascensoriste Otis, âgé de 38 ans, s’est suicidé dimanche soir dans sa chambre d’hôtel en Ile-de-France, alors qu’il était en déplacement, a indiqué jeudi la CGT, qui fait le lien avec ses conditions de travail « dégradées ». 

Un porte-parole d’Otis a confirmé le suicide de ce salarié qui avait été embauché en 2007 et revenait d’un arrêt maladie d’une vingtaine de jours en septembre. « Son inquiétude, dite à ses supérieurs vendredi, portait sur des problèmes de dos« , rapporte la direction, qui fait état d’un appel qu’il aurait reçu vendredi de son médecin traitant, lui signifiant qu’il ne pouvait plus porter de charges de plus de 10 kilos. 

« C’est un drame pour tout le monde chez Otis, qui est une grande famille et où ce type d’événements est rarissime« , a ajouté le porte-parole. D’après la CGT, un autre salarié s’était également suicidé il y a quelques années sur son lieu de travail à Cergy (Val d’Oise). Selon le syndicat, le technicien de Clermont avait demandé vendredi à quatre délégués CGT un rendez-vous, qui avait été fixé à lundi midi sur son chantier. « Il s’était plaint à plusieurs reprises d’être constamment éloigné de chez lui depuis un an, d’où le lien probable entre son suicide et des conditions de travail dégradées« , a déclaré le délégué Laurent Dalby. Marié et père de trois petites filles, il avait demandé d’après la CGT à retravailler à Clermont-Ferrand « où il y avait de l’activité« . Ce week-end il n’était pas rentré à son domicile afin d’y revenir plus tôt le week-end suivant. Une réunion extraordinaire du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de son établissement est prévue vendredi à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).  Son secrétaire a demandé une enquête à la direction en raison d’un danger « grave et imminent » pour les salariés, nombreux à être ainsi en déplacement selon la CGT. « Des conditions de travail dégradées, une organisation du travail déshumanisée, des managers concentrés sur la course aux résultats et à leur prime, une Direction Générale qui ne répond qu’aux exigences de l’actionnaire, ont eu raison de notre camarade« , estime le syndicat dans un communiqué. 

La direction générale d’Otis a annoncé mercredi en comité central d’entreprise un plan d’environ 140 suppressions d’emplois, réparties dans l’ensemble des services à l’exception des techniciens et des centres d’appels, « alourdissant les charges de travail de ceux qui restent« , selon la CGT.  Un porte-parole de la direction a confirmé ce plan qui doit « permettre à Otis de retrouver sa compétitivité » et « n’a aucun lien avec le suicide« .  L’ascensoriste emploie 6.200 personnes en France et gère un parc de 162.000 appareils. 

DsC

12



akwateam |
OUED KORICHE |
lalogeuse |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LES POMPIERS DE VERZENAY
| ROLLER A CHAUMONT
| Blogaide