• Accueil
  • > Recherche : accident escalier mecanique

Résultat pour la recherche 'accident escalier mecanique'

accident d’escalier mecanique du 2 décembre 2009

accident d'escalier mecanique du 2 décembre 2009 dans Information escalmeca

Grenoble :

Une fillette se fait happer le pied par un escalator

C’est un accident assez rare mais aux conséquences dramatiques dont a été victime une fillette de 6 ans mercredi au magasin « Fnac » du centre commercial Grand-Place à Grenoble. Alors qu’elle descendait tranquillement les escalators en tenant la main de sa cousine, la fillette a eu le pied happé par l’escalier mécanique. À mi-chemin dans la descente, la botte de la petite fille s’est semble-t-il coincée sous une plinthe latérale. Malgré l’intervention rapide d’un agent de sécurité du magasin, la fillette a eu le pied et les orteils fracturés. Elle se trouve depuis à l’hôpital Sud d’Echirolles et, selon sa maman, on ignore encore quelles séquelles elle gardera de ce tragique accident.

« Elle ne comprend pas ce qui lui est arrivé »

Contacté, le directeur du magasin, Olivier Chabry, a confirmé les faits et expliqué être absolument désolé. « Nous sommes en contact avec la famille et nous prenons régulièrement des nouvelles de la petite fille ». Parallèlement à l’enquête de police qui a été ouverte, la Fnac a aussi ouvert une enquête interne.

Selon nos informations, l’escalator avait été révisé normalement. Une expertise de  dans Schindler la machine devait avoir lieu hier après-midi. Par ailleurs, le visionnage des bandes a confirmé que la fillette tenait sagement la main d’un membre de sa famille quand l’accident est survenu. La mère de l’enfant, qui souhaite rester anonyme, a expliqué que sa fille était très choquée. « Elle ne comprend pas ce qui lui est arrivé… C’est très dur pour elle… Jusqu’à présent, je ne savais pas qu’un escalator pouvait être dangereux. Il faut que tous les parents prennent conscience de ce danger et fassent très attention à leurs enfants« .

info : le dauphiné.com

barred dans Syndicat CFTC

DsC Ensemble soyons plus fort !

accident d’escalier mecanique du 15 octobre 2008

accident d'escalier mecanique du 15 octobre 2008 dans Ascenseurs escalmeca

Métro toulousain : le pied de l’enfant coincé dans l’escalator

Accident. Un enfant coince sa chaussure dans un des escaliers mécaniques de la station de métro Jaurès hier matin. Pas de victime mais une grosse frayeur.

Une cheville foulée tout au plus mais une grosse frayeur et des larmes, le bilan de l’accident qui s’est produit hier matin sur un escalier mécanique de la station de métro Jean-Jaurès aurait pu être bien plus conséquent.

Vers 10 heures, un enfant de six ou sept ans qui descendait avec sa grand-mère le long escalator qui mène au quai de la ligne A s’est coincé une chaussure entre les marches et la paroi latérale de l’escalier. On ignore si c’est le lacet qui s’est pris dans le mécanisme ou la chaussure elle-même car la grand-mère et son petit-fils sont rapidement partis. Pendant que l’escalier descendait, la grand-mère et une passante ont tenté de dégager la chaussure de l’enfant. « On ne pouvait pas la retirer, raconte cette passante. Je l’ai aidé à sortir le pied de sa chaussure. Quand on est arrivé en bas, la chaussure s’est bloquée dans le mécanisme. Le garçon a pu sauter. Moi je me suis retrouvée coincée et je suis tombée. » C’est cette femme qui s’est peut-être blessée à la cheville. Les pompiers sont intervenus mais la chute n’a pas nécessité un transport vers l’hôpital.

L’escalator, lui, était en piteux état. Quatre marches sont sorties de leurs gonds, si on peut dire, et se sont empilées en se déchirant. L’escalier entier, long d’une vingtaine de mètres, semblait s’être enfoncé sur lui-même. Cet empilage des marches est en fait déclenché par le mécanisme de sécurité, le temps que l’escalier s’arrête. Le résultat n’en est pas moins impressionnant.

« J’ai entendu un grand bruit, un vacarme. Quatre ou cinq personnes étaient au pied de l’escalier dont un enfant. J’ai couru pour les aider à sortir de là pendant que l’escalier se pliait. Il y avait quinze à vingt personnes encore sur l’escalier », rapporte un témoin.

Cet accident, qui se termine heureusement sans victime, replace les escalators sous les feux de la rampe. Ils ont beau être utiles, ils ne sont pas sans danger, surtout pour les enfants. Est-ce l’équipement lui-même qui doit être considéré comme dangereux ? Ou le manque de vigilance de certains usagers ? « Pour moi, ça reste à risque, observe un agent de Tisséo. L’autre jour, j’ai vu un usager qui avait fait tomber ses clés et qui essayait de les récupérer au risque de se coincer les doigts. » 70 000 voyageurs empruntent chaque jour la station de métro Jean-Jaurès.

info : la dépêche.fr

barred dans Information

DSC Votez CFTC !

barred dans Syndicat CFTC

accident d’escalier mecanique du 8 octobre 2008 fin

accident d'escalier mecanique du 8 octobre 2008 fin dans Information escalmeca

Heureux dénouement d’un tragique accident.

Toujours hospitalisé, l’enfant de quatre ans, qui avait été grièvement blessé mercredi après avoir chuté sur un escalier mécanique dans un centre commercial d’Auxerre, dans l’Yonne va mieux.  

Transporté dans un premier temps au centre hospitalier d’Auxerre, il a été transféré dans l’après-midi dans un hôpital parisien, devant la gravité de ses blessures.

Des nouvelles rassurantes.

Même si l’enfant est toujours hospitalisé, l’état de santé de l’enfant de quatre ans qui avait chuté dans l’escalier mécanique mercredi dernier, s’améliore. Il ne devrait pas garder de séquelles.
L’accident s’est produit mercredi dans un centre commercial d’Auxerre. Alors qu’un jeune bambin de 4 ans, accompagné de sa mère, était sur un escalator, l’enfant est tombé de tout son long juste avant d’arriver au bout du tapis roulant. Son anorak a alors été happé par le mécanisme. Et le garçonnet a été étranglé.
Dans un premier temps, un bijoutier est intervenu pour couper les vêtements de l’enfant avec un cutter. Puis, une infirmière, témoin de l’accident, a eu la présence d’esprit de lui pratiquer un massage cardiaque. Une enquête a été ouverte. Après le contrôle d’un expert, on peut déjà dire qu’il n’y aurait eu aucun dysfonctionnement du tapis roulant (entretenu par la société Schindler).

Accidents d’escalier mecanique

Accidents d'escalier mecanique dans Ascenseurs esacmeca

INFORMATION

barred dans Information

Accidents d’escalier mécanique !

  • Accident du 8 octobre 2008

  • Accident du 8 octobre 2008 (suite)

    Accident du 8 octobre 2008 (dénouement)

  • Accident du 15 octobre 2008

  • barred dans Schindler

    DsC Adherez !

    barred dans Syndicat CFTC

    Sécurité Schindler

    Sécurité Schindler dans Ascenseurs logoschindler1.vignette 

    La sécurité des employés est un enjeu mondial

    Le groupe Schindler, l’un des leaders mondiaux dans le domaine des escaliers mécaniques et des ascenseurs, développe actuellement un vaste programme de sensibilisation de ses employés à la sécurité. Prendre conscience des risques et adopter les bonnes pratiques pour préserver sa sécurité, tel est le parcours auquel sont invités les techniciens de tous les pays. Comment développe-t-on une culture de la Sécurité à l’échelle mondiale ? Réponse avec Jean Goetz, Vice-Président Sécurité du groupe Schindler.

    illustration16 dans Information

    Pourquoi est né ce programme ?
    Jean Goetz :
    La sécurité des techniciens de maintenance et d’installation a toujours été une préoccupation des dirigeants de Schindler. En 2005, ils s’inquiètent de l’hétérogénéité des pratiques dans les pays : des pratiques très encadrées par la loi pour certains, des règles internes pour d’autres, des « forces de l’habitude » souvent… Une étude confiée à une société extérieure confirme des différences de savoir-faire et de compétence d’une filiale à l’autre et, surtout, elle pointe un niveau de sécurité inférieur à celui attendu par le Groupe : dans tous les pays l’attention portée à la sécurité est insuffisante. Pour mon équipe et moi-même qui créons la nouvelle direction Groupe Sécurité et Conditions de travail, la mission est claire : il faut sensibiliser les employés de tous les pays et pour cela, harmoniser, améliorer et coordonner partout les bonnes pratiques Sécurité. Le groupe a décidé de mettre en oeuvre un projet de déploiement détaillé qui permettra de développer une culture de la Sécurité d’échelle mondial. C’est à ce moment-là que nous sollicitons, après appel d’offres, Bureau Veritas pour nous aider.

    Pourquoi Bureau Veritas ?
    J.G. :
    Nous cherchions une société connue et reconnue pour ses compétences en sécurité, nous la voulions totalement internationale, capable d’intervenir dans tous les pays avec une connaissance locale, « intime », de ces pays. Enfin, nous voulions qu’elle nous fournisse un matériel « customisé », adapté à Schindler, aux spécificités de notre Groupe. Notre problématique étant de sensibiliser des techniciens isolés pour lesquels la sécurité est une affaire de prise de conscience individuelle totale, les solutions toutes faites élaborées pour le «manufacturing» ne nous convenaient pas. De plus, les métiers de Bureau Veritas offrent des similitudes avec les nôtres : les hommes interviennent seuls, dans des environnements qu’ils ne maîtrisent pas, manipulent des engins lourds sur des chantiers ou dans des lieux qu’ils ne connaissent pas, et se déplacent beaucoup en voiture…

    Comment avez-vous travaillé ?
    J.G. :
    Ensemble, la direction Sécurité et Conditions de travail de Schindler et l’équipe de Bureau Veritas, nous avons élaboré un système de management global de la sécurité et des modules de formation, y compris de formation de formateurs. La clé de voûte en est le comportement : faire en sorte que la sécurité devienne un réflexe. La formation de l’encadrement – des dirigeants jusqu’aux chefs d’équipe – est assurée par Bureau Veritas. Les techniciens sont formés par Schindler. Un projet de ce type doit être compris, relayé, appuyé par tous les niveaux hiérarchiques, parler d’une seule voix est essentiel. La direction de Bureau Veritas s’est impliquée dès l’offre de service, ce qui a contribué à crédibiliser notre action.

    Comment parle-t-on sécurité à des personnes de culture si différente ?
    J.G. :
    Pour être le plus universel possible, nous avons retenu la proposition de Bureau Veritas de réaliser des films de sensibilisation. Ces films restituent l’environnement de travail des techniciens qui y témoignent des difficultés rencontrées, des erreurs commises. A l’écran, les dirigeants de Schindler parlent de la sécurité comme priorité, le Président lui-même évoque la tragédie de l’accident, enfin des accidentés racontent… Ces films tirent toutes les ficelles qui font sens dans n’importe quel pays.

    Comment avez-vous appréhendé le système de management ?
    J.G. :
    Il impose des grands axes, fournit un cadre général à l’intérieur duquel chaque pays va faire vivre ses particularités. Par exemple, dans le cas du manuel de sécurité : si le pays en a déjà un qui satisfait aux contraintes principales, il le conserve ; s’il n’en a pas, nous lui en proposons un ; s’il veut améliorer le sien, nous l’aidons. De même, nous imposons le port du casque ou du harnais dans certaines situations mais nous n’imposons pas de modèle type.

    Comment se déploie le projet ?
    J.G. :
    D’abord, il a fallu six mois pour construire tous les outils de formation et les films et les traduire dans la langue des pays concernés. Puis, nous avons démarré en mai 2007 dans trois pays pilotes : le Brésil (plus de 3000 techniciens), Hong-Kong (un millier environ) et l’Autriche (500 techniciens). Nous avons délibérément choisi des pays de taille différente pour tester, à échelle variable, l’efficacité du programme et des outils. Des personnels locaux de Bureau Veritas et de Schindler assurent les formations. En fait, toutes les équipes projet sont bâties en miroir : des binômes Schindler-Bureau Veritas au niveau Groupe, un Safety Manager Schindler et un correspondant Bureau Veritas dans le pays.

    Quel retour avez-vous de ces premiers déploiements ?
    J.G. :
    Très positif au point que nous avons décidé le déploiement du projet pour la fin 2008 sur 20 pays qui représentent 70% de nos effectifs. En 2009, 30 000 techniciens auront suivi le programme dans 60 pays aussi différents que l’Afrique du Sud, la Birmanie, l’Indonésie, l’Argentine, le Vietnam, la Roumanie, la République Tchèque ou la Slovaquie… Nous comptons une année de travail en moyenne dans chaque pays au terme de laquelle un audit sera effectué.

    Comment conjuguer sécurité et productivité ?
    J.G. :
    Il est essentiel que le chef direct soit clair sur la sécurité, d’où l’importance de former tous les niveaux hiérarchiques, de sensibiliser l’ensemble de la chaîne managériale, de rappeler que la responsabilité pénale du dirigeant est engagée en cas d’accident. Pendant leur formation – trois sessions de deux heures – les techniciens entendent les patrons leur dire que leur sécurité prime, qu’ils doivent respecter les bonnes pratiques, proscrire les comportements à risque. Et ce ne sont pas les plus jeunes dans l’activité qu’il faut convaincre en priorité, les anciens, ceux qui devraient donner l’exemple sur le terrain, ont derrière eux des années de pratiques à risque. Ces seniors sont de formidables techniciens mais ils ont toujours fait leur métier comme ils l’entendaient, certains en sont morts, d’autres sont handicapés à vie et ceux qui n’ont jamais eu d’accidents se croient à l’abri. Ils ne doivent pas transmettre aux jeunes cette façon de défier le danger. Il faut du temps pour inculquer la culture sécurité, c’est l’histoire d’une génération… Combien de temps, de programmes de prévention, de contraventions a-t-il fallu pour que les automobilistes attachent leurs ceintures de sécurité ?

    barred dans Schindler

    DSC Votez CFTC !

    barred

    accident d’escalier mecanique du 8 octobre 2008 suite

    accident d'escalier mecanique du 8 octobre 2008 suite dans Information escalmeca 

    L’accident s’est produit dans un hypermarché.

    L’enfant, de 4 ans, a été sauvé grâce à une infirmière.

    C’est un accident aussi grave qu’inquiétant. Un enfant a été grièvement blessé, ce mercredi matin, en chutant dans un escalator de l’hypermarché Intermarché à la ZAC Saint-Simeon, à Auxerre dans l’Yonne.
    Selon les premiers éléments de l’enquête de Police, l’enfant de quatre ans aurait chuté. Ses vêtements se seraient alors pris dans les griffes de l’escalator, le blessant grièvement à une main et au poignet. Mais, plus grave, la puissance de l’escalier mécanique a comprimé l’enfant dans ses vêtements, entraînant un arrêt cardio-respiratoire.
    Heureusement pour lui, alors que l’alerte était donnée, une infirmière témoin de l’accident, a eu la présence d’esprit d’entreprendre un massage cardiaque et de sauver l’enfant, avant qu’il ne soit pris en charge par les sapeurs pompiers et par les médecins du SAMU d’Auxerre. L’utilisation de l’escalier mécanique est, bien évidemment, suspendue jusqu’à nouvel ordre. Des expertises ont été demandées par le Procureur de la République d’Auxerre.

    Creusot -infos.com

    accident d’escalier mecanique du 8 octobre 2008

    Auxerre

    Un enfant de 4 ans grièvement blessé par un escalier mécanique

    accident d'escalier mecanique du 8 octobre 2008 dans Information escalmeca

    Un enfant de quatre ans a été grièvement blessé après avoir chuté sur un escalier mécanique dans un centre commercial d’Auxerre. L’accident s’est produit peu avant midi alors que le garçonnet accompagné de sa mère s’engageait sur un escalator à l’entrée d’une grande surface dans une zone commerciale de la ville.

    Arrêt cardio-respiratoire

    L’enfant, pour une raison indéterminée, est tombé de tout son long dans l’escalier roulant. Selon Creusot-Infos.com, ses vêtements se seraient alors pris dans les griffes de l’escalator, le blessant grièvement à une main et une poignet. Mais, surtout, la puissance de l’escalator aurait comprimé l’enfant dans ses vêtements, entraînant un arrêt cardio-respiratoire. Toujours selon le site, une infirmière témoin de l’accident a entrepris un massage cardiaque avant que l’enfant ne soit pris en charge par les sapeurs pompiers et par les médecins du SAMU d’Auxerre. L’enfant a été transféré dans l’après-midi dans un hôpital parisien, devant la gravité de ses blessures. Des expertises ont été demandées par le Procureur de la République d’Auxerre.

    20Minutes.fr

    Accident d’ascenseurs 7 juin 2008

    Un employé, chargé de la remise aux normes d’un ascenseur, a été écrasé, hier, par la chute de la cabine, à Paris, dans le XIV e arrondissement. L’un de ses collègues est grièvement blessé. Le drame relance la polémique sur l’entretien de ces appareils.

    Pour écouter l’info… cliquez ici.

    Lire l’article du « Parisien »… cliquez ici.


    UNE CABINE d’ascenseur en chute libre venant s’écraser sur deux techniciens en train de travailler au fond de la fosse. C’est cet improbable scénario qui semble s’être déroulé, hier matin, dans un immeuble au 57, avenue du Maine à Paris (XIVe). L’un des ouvriers est mort, le deuxième, grièvement blessé à la tête, a été transporté à l’hôpital Cochin, et un troisième est terriblement choqué.
    Triste ironie du sort, ces techniciens étaient en train de mener à bien la mise aux normes et la modernisation des ascenseurs de cette copropriété, comme la loi l’impose désormais. Une enquête de police a été ouverte pour tenter de comprendre comment cette cabine a pu se décrocher et pour quelle raison elle n’était pas sécurisée alors que des professionnels travaillaient dans la cage.
    « Des travaux perturbés par des imprévus techniques »« Nous avons entendu l’ascenseur tomber puis un grand fracas. Les deux hommes étaient en dessous », raconte, choqué, Maurice Haag, le président du conseil des copropriétaires. Les pompiers ont dû désincarcérer les deux victimes, bloquées sous l’amas de ferrailles. Depuis trois mois, les travaux de réfection des quatre ascenseurs avaient débuté dans cet immeuble, construit dans les années 1950. Le maître d’oeuvre en avait confié la réalisation à une société partenaire et agréée par le fabricant Schindler, après l’accord de l’assemblée des copropriétaires. En mars, la cage d’escalier de gauche avait fait l’objet de travaux par ces mêmes techniciens. Les ascenseurs fonctionnent depuis parfaitement. « Des travaux perturbés, cependant, par des imprévus techniques », souligne Christine Michel, l’une des résidantes de l’immeuble. Certains évoquent un retard de trois semaines sur le planning pour les deux premiers ascenseurs. « Ce retard était dû, en fait, à un défaut sur un disjoncteur tout neuf qui provoquait des pannes en série. Il a fallu du temps pour identifier le problème et le résoudre », rectifie M. Haag. Fin avril, une assemblée de copropriétaires a été quelque peu « houleuse », car chaque corps de métier intervenant sur ce chantier se rejetait la responsabilité du retard.Finalement, le délai de livraison initial du chantier allait être presque respecté, comme le cahier des charges l’imposait. La date du 20 juin, d’abord prévue, n’avait été reportée que d’une semaine.Hier, le responsable des copropriétaires et d’autres habitants de cet immeuble, tous « émus et bouleversés », ont prévu de lancer une collecte pour venir en aide à la famille du technicien tué dans cet accident, inexpliqué pour le moment.
    Une mise aux normes obligatoire

    Les travaux de modernisation des ascenseurs sont désormais obligatoires. Certains appareils affichent plus de soixante ans au compteur et l’ascenseur reste l’un des transports en commun les plus répandus, avec une centaine de millions de passagers par jour. La moitié des 500 000 appareils ont plus de vingt ans, selon la Fédération professionnelle. Une première phase de travaux – dont l’échéance, initialement prévue en juillet, vient d’être reportée de deux ans – consiste notamment à sécuriser les portes palières et protéger les portes coulissantes contre les chocs. D’autres étapes concernent la sécurité mécanique des engins.Des travaux lourds, délicats et coûteux. Cette modernisation a été imposée après de nombreux accidents mortels, impliquant souvent des enfants et survenus notamment dans des cités où les ascenseurs mal entretenus étaient aussi l’objet de dégradations à répétition.

    Lire l’article paru sur  »Rue89 » le 11 juin 2008

    Accident d'ascenseurs 7 juin 2008 dans Ascenseurs barred

    DSC Votez CFTC !

    barred dans Information

    What’s up !

    INFORMATION

    What's up ! dans Information barred

    quoideneuf dans Information Quoi de neuf sur le blog ! quoideneuf

     CFTC Prochainement... CFTC

    Ascenseurs

    schindlert Information clients

    Accidents d’ascenseurs !
    Accidents d’escaliers mécaniques !
    Les sociétés d’ascenseur recrutent…
  • Les Médailles du travail SCHINDLER
  • L'ascenseur, c'est pas sorcier !

    social1

      >>>>>>   C’est ici… 147

  • Nos partenaires C.E.
  •  Dossiers CFTC CFTC

  • RETRAITE
  • Représentants du personnel
  • Représentativité dans l’entreprise  (ce qui va changer en 2009)
  • main

  • On vous spolie !
  • Comment créer un syndicat – CFTC !
  • Comment se défendre aux Prud’hommes
  • Le Statut du Travailleur CFTC
  • L’intéressement dans l’entreprise ?
  • We need You !
  • La CFTC veille sur vous ! pdf
  • nouveau.gif
  • schindlert Stress au travail  
  • Les réunions syndicales
  • La Participation dans l’entreprise ?
  • Harcèlement de la loi à l’action syndicale
  • Accident du travail (espace adhérent)
  • Négociation dans l’entreprise et durée du travail ce qui à changé…
  • Réunions

  • calendrier des réunions
  • Historique CFTC ascenseurs
  • >>> CFTC News <<<

    Découvrez tous ces articles sur ce blog…

    Adhésion CFTC...

    barred

    DsC Adherez !

    barred




    akwateam |
    OUED KORICHE |
    lalogeuse |
    Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LES POMPIERS DE VERZENAY
    | ROLLER A CHAUMONT
    | Blogaide